Voyager au Mexique

Mexique – Etats-Unis : la sale frontière

Racket, viols, humiliations, mort… pour passer « de l´autre coté », plus de 1,5 millions de migrants illégaux risquent leur vie chaque année. Au début, ils quittent leur village à bord d´un bus ou sur le toit d´un wagon, en direction du nord. Mois aprés mois, ils ont économisé pour réunir une somme d´environ 2000 dollars, le prix à payer pour s´attacher les services d´un passeur, le « coyote ». Là-bas, les migrants sont appelés « pollos », poulets. Regroupés comme des volailles dans des campements temporaires, ils attendent le signal.

Chaque année, 350 millions de personnes franchissent légalement la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis. C´est la frontière la plus traversée au monde. Pour le Mexique, l´argent envoyé par les migrants rapporte plus que le tourisme. Des millions de familles survivent grace aux dollars envoyés par le père, les frères ou les cousins. Coté américain, l´afflux de migrants signifie plus de main d´oeuvre, mais aussi plus de conflits interethniques et plus de chomage. Pourtant, la « vigilance » des gardes-frontière semble plus ou moins forte, en fonction des saisons. A l´époque des récoltes, il semblerait que les Etats-Unis ferment un peu les yeux, preuve que les mexicains et les OTM (Others Than Mexicans) ne sont pas toujours persona non grata.

Comment en sommes-nous arrivés là?

Acte 1: l´échec de la révolution verte

Dans les années 60, le Mexique a entrepris une révolution verte destinée à renforcer l´agriculture. Des milliers de paysans ont, pour la première fois, utilisé des engrais chimiques, gracieusement offerts par le gouvernement. Rapidement, les rendements ont augmenté et les paysans ont, à très court terme, gagné un peu plus d´argent. Par la suite, la hausse de la production a considérablement fait chuter le cours des céréales alors que, dans le meme temps, les pesticides sont devenus payants. Pour s´en sortir, les paysans mexicains ont contracté des emprunts. La terre, elle, trop sollicitée, s´est appauvrie. De plus en plus pauvres et endettés, les paysans ont du quitter leurs terres natales pour travailler en ville ou aux Etats-Unis. Au Michoacan, à Puebla, à Oaxaca ou dans l´Etat de Jalisco, des villages entiers ont été désertés par les hommes, partis pour rembourser leurs crédits.

Acte 2: le Mexique, grand perdant de l´Alena

Au début des années 90, le Canada, les Etats-Unis et le Mexique signent l´Alliance de Libre-Echange Nord-Américain (Alena, Nafta en anglais). Cet accord a pour but de libéraliser et d´augmenter les échanges entre les trois pays d´Amérique du Nord. Pour le Mexique, cet accord a initialement permis d´augmenter  la production industrielle, notamment au nord du pays, dans les maquiladoras (usines d´assemblage) transfrontalières. En réalité, cet accord a considérablement accru la dépendance du Mexique vis à vis des Etats-Unis et a placé les travailleurs mexicains en concurrence directe avec les ouvriers chinois, 4 fois moins chers. Pourquoi?

- premier effet du libre-échange, l´agriculture mexicaine, peu mécanisée, est entrée en concurrence directe avec celle des Etats-Unis, beaucoup plus performante. Les entreprises de transformation mexicaines sont donc devenues clientes de l´agrobusiness, y compris pour fabriquer des tortillas! Les paysans mexicains ont fortement souffert de cette concurrence directe, ce qui a contribué à l´exil vers le Nord.

- deuxièmement, les Etats-Unis ont profité de l´absence de syndicats (moins de risques de grève) conjuguée au faible cout de la main d´oeuvre et du transport pour importer de plus en plus de produits asiatiques, via les ports du nord du Mexique. Les industries traditionnelles du bois, du textile et du cuir sont violemment pénalisés par l´afflux des produits bon marché made in China. Pire, il revient moins cher aux entreprises américaines de faire produire en Chine que dans les usines mexicaines. Dans la seule ville de Ciudad Juarez, la libéralisation des échanges a fait perdre plus de 100 000 emplois entre 2001 et 2005.

Voilà pourquoi les migrants sont sans cesse plus nombreux à tenter leur chance. Voilà aussi pourquoi vous, touristes ou expatriés, devez prendre conscience de l´importance de l´artisanat et des produits fabriqués au Mexique quand vous consommez.

Tags: , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Culture mexicaine et voyage au Mexique